vendredi, 18 août 2017

Centre de Gestion de la Qualité de l'Air

     Indice Qualité Air du 17 août 2017   

indice bon

                                                                                           Plus d'informations sur le CGQA

barre4

Centre de Gestion des Urgences Environnementales

Centre Régional des Conventions de Bâle et de Stockholm pour les pays d'Afrique Francophone

Partenaires

 logo30ans anacim  japon
 cetud  pnud ambassadefrancesenegal
 sonatel  unioneuro logo FEM
UNECA logo usaid Banque mondiale
logo PAD  fonds vert Climat  logo coopération allemande
 logopnue  unfcc  digizlogo
 logo FND  logofondsmultilateral  COMNACC VALIDE (1)

—  Les perspectives du Protocole de Montréal

—  Depuis Bangkok, en passant par Paris (2014) , Dubai (2015) ,Vienne(2016) et Kigali (2016), la communauté internationale est entrain de travailler pour mettre en place un amendement au Protocole de Montréal sur la gestion des HFC.

—  Ces substance utilisées en substitution des HCFC sont de puissants  gaz à effet de serre.

—  Besoin de maitriser sa production et sa consommation à travers un amendement

—  Place de l’Afrique

—  La conférence des Ministres Africains a adopté une déclaration au Caire en mars 2015 sur la nécessité de gérer les HFC et d’aboutir à un amendement

—  Afin de mettre en œuvre la Déclaration de la 15e session de la CMAE, le groupe africain propose d'amender le Protocole de Montréal afin de réduire progressivement la production et la consommation de HFC en établissant un groupe de contact lors de la 36e GTCNL (Juillet 2015)

—  Le Sénégal a supporté et soumis la déclaration du Caire au Secrétariat de l’ozone. Cette position a permis aux négociations de connaitre  un tournant décisif pour l’adoption d’un amendement

—  Défis à relever

—  Financement :

—        Le maintien du Fonds multilatéral en tant que mécanisme de financement, étant entendu que des ressources financières additionnelles seront fournies par les Parties non visées à l’article 5 pour compenser les coûts additionnels résultant de la gestion des HFC par les Parties visées à l’article 5 dès lors que des obligations seront retenues

—  Souplesse :

—         Les Parties visées à l’article 5 auront la souplesse voulue pour donner la priorité aux HFC, circonscrire les secteurs concernés, choisir des technologies et produits de remplacement, élaborer et mettre en œuvre des stratégies pour s’acquitter des obligations convenues concernant les HFC, en tenant compte de leurs besoins propres et de leurs réalités nationales

—  Deuxième et troisième conversion

—  Les entreprises qui sont déjà passées aux HFC lorsqu’elles ont éliminé les CFC et/ou les HCFC auront droit à un financement du Fonds multilatéral pour couvrir les surcoûts survenus, tout comme les entreprises ayant droit à un financement pour les premières conversions.

—  Orientations au Comité exécutif

—        - Il est entendu que des orientations et/ou des méthodologies devront être élaborées sur les points suivants, dans le cadre d’éventuelles mesures de réglementation des HFC :

—       - Détermination des surcoûts

—       - Calcul des surcoûts

—      - Seuils coût-efficacité

—      - Rendement énergétique et impacts climatiques des projets

—  Activités de facilitation

—  Ces activités seront appuyées par le Fonds multilatéral dans tout accord visant à réduire les HFC.

—      - Renforcement des capacités et formation à l’application des solutions de remplacement des HFC dans le secteur de l’entretien, le secteur manufacturier et le secteur de la production

—  -          Renforcement institutionnel

—  -          Systèmes d’octroi de licences en application

—  -          Communication des données

—  -          Projets de démonstration

—  -          Élaboration des stratégies nationales

—  -     Nécessité d’accorder des dérogations aux pays connaissant des températures ambiantes élevés,

—  Amendement sur la gestion des hydrofluorocarbone (HFC) adopté à Kigali le 14 octobre 2016.

photoamendementdekigali  

Vu la participation remarquée et efficace de l’Afrique et le choix du Rwanda d’abriter la 28ième réunion des parties, cette situation a permis de connaitre une issue souhaitable par la communauté internationale qui a adopté l’amendement au Protocole de Montréal sur la gestion des HFC.

—  Ces substances qui sont de puissants gaz à effet de serre seront éliminées progressivement à partir de 2024 pour les pays africains (voir tableau ci-dessous).

A5 Group 1 A5 Group 2 A2 Group 3
Baseline 2020-2022 2024-2026 2011-2013
Formula Average HFC consumption Average HFC consumption Average HFC consumption
HCFC 65% baseline 65% baseline 15% baseline*
Freeze 2024 2028 -
1st step 2029 – 10% 2032 – 10% 2019 – 10%
2nd step 2035 – 30% 2037 – 20% 2024 – 40%
3rd step 2040 – 50% 2042 – 30% 2029 – 70%
4th step 2034 – 80%
Plateau 2045 – 80% 2047 – 85% 2036 – 85%
  1. Group 1: Article 5 parties sans ceux du  Group 2
  2. Group 2: GCC, India, Iran, Iraq, Pakistan
    1. Groupe A2: pays développés
    2. Le calendrier de mise en œuvre de l’amendement distingue trois groupes de pays.
    3. 1°) Les pays développés (groupe 3), qui comprennent notamment les Etats-Unis et l’Union européenne, s’engagent ainsi à réduire l’utilisation des HFC de 10% d’ici à 2019 et à les supprimer totalement d’ici à 2050.
    4. 2°) Le  groupe 1 constitué de la Chine, de l’Indonésie, des îles caraïbes et de l’Océanie, les pays de l’Amérique Centrale, du Sud, du Pacifique,  des pays de l’Afrique, commenceront à réduire leur consommation de HFC dès 2024.
    5. 3°) Le groupe 2 réunissant  l’Inde, l’Arabie saoudite, le Pakistan, l’Iran et pays du Golf, s’engagent à réduire leurs consommations de HFCs dès 2028. Le groupe 1 réduira les niveaux de HFCs de 80% en 2045, pour le groupe 2, les niveaux de réduction seront de 85% en 2047 ;

—  Dans cette perspectives, la ratification,  la préparation des textes réglementaires, la mise en place des outils de gestion et le renforcement des capacités des techniciens frigoristes et des douaniers seront menées pour anticiper sur la mise en œuvre du plan d’élimination des ces substances.

—  Il faut rappeler que l’élimination de ces  substances va contribuer d’ici 2100 à réduire de 0,5°c la température globale.