dimanche, 26 mars 2017

Centre de Gestion de la Qualité de l'Air

     Indice Qualité Air du 24 Mars  2017   

indice moyen

                                                                                      Plus d'informations sur le CGQA

barre4

Centre de Gestion des Urgences Environnementales

Centre Régional des Conventions de Bâle et de Stockholm pour les pays d'Afrique Francophone

Partenaires

 logo30ans anacim  japon
 cetud  pnud ambassadefrancesenegal
 sonatel  unioneuro logo FEM
UNECA logo usaid Banque mondiale
logo PAD  fonds vert Climat  logo coopération allemande
 logopnue  unfcc  digizlogo
 logo FND  logofondsmultilateral  COMNACC VALIDE (1)

Problématique de la destruction de la couche d’ozone

La couche d’ozone : le bouclier de la terre

 Ozone absorbe les radiations UV

Problématique de la couche d'ozonephoto

L’ozone est un gaz composé de 3 molécules d’oxygène (O3). Il joue un rôle vital au niveau de la stratosphère (20 à 40km d’altitude) ou il forme une couche qui filtre les rayons ultraviolets B.

En cas d’exposition de longues durées, ces UVB représentent un danger pour la santé humaine (développement des cancers de la peau, des cataractes), mais aussi pour la faune, la flore et le milieu marin, en perturbant, voir même en bloquant  le cycle de croissances normales des espèces

En effet, ces substances ayant des dérivés chlorés comme les Chlorofluorocarbones (CFCS) et du brome comme le bromure de méthyle, une fois rejetées à l’air libre, vont migrer jusqu’à atteindre la stratosphère. En haute altitude, sous l’effet des rayons ultraviolets B (UVB), les CFCS et le bromure de méthyle se décomposent en libérant respectivement leur atome de chlore et de brome qui va casser les molécules d’ozone.

Suivant ces réactions chimiques, 1 atome de chlore ou de brome, est en mesure de détruire plus de 100 000 molécules d’ozone.

C’est vers les années 70 que les scientifiques se sont aperçus de l’élargissement du trou de la couche d’ozone au dessus de l’antarctique et de ces répercussions sur la santé et sur l’environnement. Très vite, ils ont tiré la sonnette d’alarme. Les recherches ont prouvéque l’utilisation des substances contenant du chlore, du fluor et  du brome, est à l’origine d’une grande partie de la destruction de la couche d’ozone.