vendredi, 20 juillet 2018

Centre de Gestion de la Qualité de l'Air

     Indice Qualité Air du 07 mai 2018 

                                                                                                            indice Moyen Cgqa     

                                                                                                    Plus d'informations sur le CGQA

barre4

Centre de Gestion des Urgences Environnementales

Centre Régional des Conventions de Bâle et de Stockholm pour les pays d'Afrique Francophone

Partenaires

 logo30ans anacim  japon
 cetud  pnud ambassadefrancesenegal
 sonatel  unioneuro logo FEM
UNECA logo usaid Banque mondiale
logo PAD  fonds vert Climat  logo coopération allemande
 logopnue  unfcc  digizlogo
 logo FND  logofondsmultilateral  COMNACC VALIDE (1)

Cadre juridique

Après avoir passé 48h dans le Parc de Niokolo Koba, Le Ministre de l’Environnement et du Développement durable, le Pr Mame Thierno DIENG accompagné de Mme Mariline DIARA, Directrice de l’Environnement et des Etablissements Classés, d’une délégation des autorités régionales dirigées par le Gouverneur de la région de kédougou, du maire de Tomboronkoto et en présence des orpailleurs du village de Bantaco a effectué une visite dans une unité expérimentale de traitement de l’or sans mercure, situé dans le village de Bantaco (dans la région de Kédougou).

Pour le maire de la commune de Tomboronkoto également Haut conseiller des collectivités territoriales , Nfaly Camara, «  l’importance de l’orpaillage n’est plus à démontrer dans cette région, car elle a permis de résorber le chômage » malheureusement, « ce qui est le plus décrié dans cette activité ce sont ses conséquences négatives sur le plan environnemental » Il a dans son plaidoyer appelé à « la mise à l’échelle de ce projet pilote qui leur permet de faire de l’exploitation propre de l’or sans l’utilisation des produits chimiques toxiques nocifs tout en respectant les normes environnementales »

Sur place, le ministre de l’environnement s’est dit convaincu que la vulgarisation de ces résultats obtenus par les exploitants peut déboucher sur de nouvelles techniques de recherche de l’or.
« Ce site est symbolique et pédagogique. Vous pouvez faire de l’exploitation très rentable et responsable. Dans ce site vous êtes parvenu à montrer que vous pouvez produire plus et mieux. Plus parce que vous atteignez près de 80% de rentabilité d’or, et mieux parce que vous vous passez des produits chimiques qui sont le mercure et le cyanure » a dit le Pr Mame Thierno Dieng. « Si vous êtes parvenus  sur ce site à produire plus d’or et en vous passant des produits chimiques, vous avez trouvé le « Graal ». Et si ces résultats sont vulgarisés à l’échelle mondiale, on pourra se soustraire à l’obstacle financier, parce que les machines coûtent très cher » a-t-il dit.


Le ministre a aussi rappelé que la responsabilité de l’Etat sur ces sites miniers n’est pas de gérer son exploitation, mais de faire en sorte que cela se fasse dans la sécurité vis-à-vis de l’environnement mais aussi de ceux qui exploitent. « Notre responsabilité c’est d’agir de telle sorte que les dégâts environnementaux soient moins importants. Et cela vous y arriverez lorsque vous écouterez les techniciens qui vont vous mettre sur la bonne voie pour exploiter sans inconvénient » a-t-il conclu.

Conformément au calendrier global de mise en œuvre du projet et dans la poursuite des activités engagées, le deuxième atelier de planification opérationnelle s’est tenu les 18 et 19 janvier 2018. L‘atelier visait à partager les résultats clés du projet sur la période de juillet 2017 à janvier 2018 et à définir, avec les différentes parties prenantes, les activités à mener pour le prochain semestre.

La rencontre a mobilisé toutes les parties prenantes avec environ une cinquantaine de participants (voir annexe 1). Les différentes structures étatiques concernées par le projet ont été représentées, ainsi que les représentants de la société civile et du secteur privé.

L’atelier a été présidé par le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement et du Développement durable, Amadou Lamine GUISSE au nom du Ministre de l’Environnement et du Développement durable Le Secrétaire Général a rappelé que le Sénégal, en conformité avec l’évolution des négociations internationales sur le climat, a lancé son processus PNA en 2015. Il a indiqué la nécessité et l’urgence d’aligner les processus de planification et de budgétisation avec celui du PNA pour une durabilité de l’action publique.

Il a en outre magnifié les interventions du PAS-PNA, notamment la réalisation de deux études clés, le SNAP et NAP Align, qui ont permis de dresser une situation de référence partagée avec les différentes catégories d’acteurs et de formuler des recommandations idoines.

Pour terminer, il a exhorté à la poursuite du partenariat entre acteurs, mais également l’échange d’informations continu et le suivi participatif des résultats en vue de leur appropriation. .  

Madame la Chargée de projet s’est réjouie de la mobilisation des acteurs pour échanger autour des résultats enregistrés au cours du premier semestre d’exécution du projet.

Tenant compte du dynamisme ainsi enclenché et de l’intérêt manifesté par les parties prenantes, elle a exhorté les acteurs à maintenir le cap et faire des interventions qui seront menées au cours des prochains mois. Elle a redit la ferme volonté de la coopération allemande à soutenir des initiatives ciblées visant à accroitre de façon significative la capacité nationale d’adaptation et de résilience aux changements climatiques. Enfin, elle a exhorté les différentes parties prenantes à poursuivre et à consolider la bonne collaboration et le partenariat multi-acteurs.

 

Conformément au calendrier global de mise en œuvre du projet et dans la poursuite des activités engagées, le deuxième atelier de planification opérationnelle s’est tenu les 18 et 19 janvier 2018. L‘atelier visait à partager les résultats clés du projet sur la période de juillet 2017 à janvier 2018 et à définir, avec les différentes parties prenantes, les activités à mener pour le prochain semestre.

La rencontre a mobilisé toutes les parties prenantes avec environ une cinquantaine de participants (voir annexe 1). Les différentes structures étatiques concernées par le projet ont été représentées, ainsi que les représentants de la société civile et du secteur privé.

L’atelier a été présidé par le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement et du Développement durable, Amadou Lamine GUISSE au nom du Ministre de l’Environnement et du Développement durable Le Secrétaire Général a rappelé que le Sénégal, en conformité avec l’évolution des négociations internationales sur le climat, a lancé son processus PNA en 2015. Il a indiqué la nécessité et l’urgence d’aligner les processus de planification et de budgétisation avec celui du PNA pour une durabilité de l’action publique.

Il a en outre magnifié les interventions du PAS-PNA, notamment la réalisation de deux études clés, le SNAP et NAP Align, qui ont permis de dresser une situation de référence partagée avec les différentes catégories d’acteurs et de formuler des recommandations idoines.

Pour terminer, il a exhorté à la poursuite du partenariat entre acteurs, mais également l’échange d’informations continu et le suivi participatif des résultats en vue de leur appropriation. .  

Madame la Chargée de projet s’est réjouie de la mobilisation des acteurs pour échanger autour des résultats enregistrés au cours du premier semestre d’exécution du projet.

Tenant compte du dynamisme ainsi enclenché et de l’intérêt manifesté par les parties prenantes, elle a exhorté les acteurs à maintenir le cap et faire des interventions qui seront menées au cours des prochains mois. Elle a redit la ferme volonté de la coopération allemande à soutenir des initiatives ciblées visant à accroitre de façon significative la capacité nationale d’adaptation et de résilience aux changements climatiques. Enfin, elle a exhorté les différentes parties prenantes à poursuivre et à consolider la bonne collaboration et le partenariat multi-acteurs.

 

Conformément au calendrier global de mise en œuvre du projet et dans la poursuite des activités engagées, le deuxième atelier de planification opérationnelle s’est tenu les 18 et 19 janvier 2018. L‘atelier visait à partager les résultats clés du projet sur la période de juillet 2017 à janvier 2018 et à définir, avec les différentes parties prenantes, les activités à mener pour le prochain semestre.

La rencontre a mobilisé toutes les parties prenantes avec environ une cinquantaine de participants (voir annexe 1). Les différentes structures étatiques concernées par le projet ont été représentées, ainsi que les représentants de la société civile et du secteur privé.

L’atelier a été présidé par le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement et du Développement durable, Amadou Lamine GUISSE au nom du Ministre de l’Environnement et du Développement durable Le Secrétaire Général a rappelé que le Sénégal, en conformité avec l’évolution des négociations internationales sur le climat, a lancé son processus PNA en 2015. Il a indiqué la nécessité et l’urgence d’aligner les processus de planification et de budgétisation avec celui du PNA pour une durabilité de l’action publique.

Il a en outre magnifié les interventions du PAS-PNA, notamment la réalisation de deux études clés, le SNAP et NAP Align, qui ont permis de dresser une situation de référence partagée avec les différentes catégories d’acteurs et de formuler des recommandations idoines.

Pour terminer, il a exhorté à la poursuite du partenariat entre acteurs, mais également l’échange d’informations continu et le suivi participatif des résultats en vue de leur appropriation. .  

Madame la Chargée de projet s’est réjouie de la mobilisation des acteurs pour échanger autour des résultats enregistrés au cours du premier semestre d’exécution du projet.

Tenant compte du dynamisme ainsi enclenché et de l’intérêt manifesté par les parties prenantes, elle a exhorté les acteurs à maintenir le cap et faire des interventions qui seront menées au cours des prochains mois. Elle a redit la ferme volonté de la coopération allemande à soutenir des initiatives ciblées visant à accroitre de façon significative la capacité nationale d’adaptation et de résilience aux changements climatiques. Enfin, elle a exhorté les différentes parties prenantes à poursuivre et à consolider la bonne collaboration et le partenariat multi-acteurs.

 

Le Ministre de l'Environnement et du Développement durable, Pr Mame Thierno DIENG, accompagné d'une forte délégation composée de Directeurs, Chefs de service et Conseillers Techniques du département, du Gouverneur de la région de Dakar, des préfets de Pikine et Guédiawaye a effectué une visite de terrain sur le site du technopôle. Sur place, il a pu constater «  qu’il y a une véritable compromission de l’équilibre de l’écosystème » et que la quasi-totalité́ de la zone « appartient » maintenant à des promoteurs privés. Après la visite, il s’est dit étonné́ que « des permis d’occuper, des baux et des titres fonciers soient décernés à des promoteurs dans la zone non aedificandi du technopôle » avant de regretter la prise de certains actes administratifs qui ne contribuent pas à l’équilibre écologique de cette zone. Il a, dans sa conclusion, déclaré que le ministère de l’environnement, seul, ne peut pas préserver ces espaces ; mais, il va rapidement alerter et informer les plus hautes autorités du pays pour que des mesures urgentes soient prises en vue de trouver une solution durable pour la protection de cette zone.