mercredi, 17 octobre 2018

Centre de Gestion de la Qualité de l'Air

        Indice Qualité Air du 15/10/2018 

                                                                                                        indice bon

                                                                                        Plus d'informations sur le CGQA

barre4

Centre de Gestion des Urgences Environnementales

Centre Régional des Conventions de Bâle et de Stockholm pour les pays d'Afrique Francophone

Partenaires

 logo30ans anacim  japon
 cetud  pnud ambassadefrancesenegal
 sonatel  unioneuro logo FEM
UNECA logo usaid Banque mondiale
logo PAD  fonds vert Climat  logo coopération allemande
 logopnue  unfcc  digizlogo
 logo FND  logofondsmultilateral  COMNACC VALIDE (1)

Actualites

 Invité par l’United Nations Industrial Development Organization (ONUDI), le Ministère de l’Environnement et du Développement durable a participé tour à tour à la 5éme conférence sur « L’Industrie Verte » du 3 au 5 Octobre 2018 à Bangkok (Thaïlande), puis à la 3ème conférence « Bridge for Cities » du 9 au 11 octobre à Vienne (Autriche).

Mariline DIARA, Directrice de l’Environnement et des Etablissements classés au Ministère de l’Environnement et du Développement durable et point focal du FEM, était accompagnée à Vienne par Mr Bohoum SOW, Secrétaire Général de l’APROSI, et de Mr Mansour TALL, consultant ONUDI pour le projet « Villes durables » du FEM.

Ces deux évènements ouverts par le Directeur Général de l’ONUDI en présence de plusieurs personnalités dont les ministres en charge de l’industrie de Thaïlande et d’Autriche, marquent une étape de plus dans l’élaboration de la « route de la soie » ou encore « Belt and Road Initiative (BRI).

Pour rappel, c’est en juillet 2018 que le Sénégal est concrètement entré dans la BRI suite à la signature à Dakar d’accords entre le Président Macky Sall et le Président Xi Jinping.

Lors de la 3ème conférence « Bridge for Cities », Mariline DIARA a, lors du panel sur « les objectifs mondiaux pour un impact local : le renforcement de la coordination des politiques pour l’atteinte des Objectifs du Développement Durable », pu expliquer les actions actuellement menées au Sénégal. Elle a notamment mis l’accent sur le lien entre les zones économiques spéciales et le Plan Sénégal Emergent d’une part, et, d’autre part, mis en avant la nécessité de mettre en cohérence les stratégies mises en place au niveau des villes et les stratégies nationales de développement.

Elle a également souligné le fait que le Sénégal doit accompagner la mise en place des zones industrielles par des mesures clés en relation avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) de façon à amener ces zones industrielles à évoluer en éco-parcs industriels.

Dans le cadre de ses missions continues de suivi des plans de gestion environnementale et sociale, la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés (DEEC) s’est rendue sur les sites d’intervention du PROGEP. Il s’agissait respectivement de faire la visite des réalisations sises à:

- Dalifort, Nietty Mbaar, Madialé, Quartier Cheikh SY, Wakhinane, Thiourour, Warouway, Médina Gounass pour la première phase du projet dont les travaux sont achevés ;  

- Médina Gazon, Keur Massar, Parcelles Assainies unité 10 ainsi que la base chantier de la Compagnie Sahélienne d’Entreprise (CSE), chargée de l’exécution des travaux de la seconde phase du projet.

Ces visites ont permis de s’enquérir de l’état d’avancement du projet, de la mise en œuvre du plan de gestion environnementale et sociale issue de l’Etude d’Impact Environnemental et Social et de proposer des mesures de correction supplémentaires suite aux écarts constatés.

Pour rappel, le certificat de conformité environnementale prescrit à tout promoteur de projet, la mise en œuvre des mesures environnementales et sociales recommandées dans le Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES). Le PGES vise à assurer la réalisation correcte, et dans les délais prévus, de toutes les mesures des impacts négatifs et la bonification des impacts positifs. Les objectifs du PGES sont entre autres de s’assurer que:

-          les activités du projet sont entreprises conformément aux exigences légales et réglementaires;

-          les enjeux environnementaux du projet sont bien compris par le promoteur et mis en œuvre aussi bien en phase construction qu’en phase d’exploitation.

Les recommandations émises et le planning de mise en œuvre proposé ont été mentionnées dans le rapport de suivi transmis aux responsables du PROGEP.

La Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés (DEEC), en collaboration avec l’Artisanal Gold Council (AGC), a organisé les 03 et 04 juillet 2018, à Kédougou (chef-lieu de la capitale régionale qui porte son nom et située à 702 Km de Dakar, un atelier aux fins d’élaborer un plan national du secteur de l’EMAPE au Sénégal.

Venu présider la cérémonie d’ouverture au nom du Gouverneur de la région, M. Jean Paul Malick FAYE, Adjoint Administratif au Gouverneur de la région de Kédougou s’est tout d’abord réjoui de la tenue de cet atelier à Kédougou qui revêt une importance capitale pour l’état du Sénégal. Selon lui, « en ratifiant la convention de Minamata, l’Etat du Sénégal a montré sa volonté et son engagement à lutter contre les substances chimiques qui sont dangereuses pour la santé des populations et pour l’environnement ». Rappelant que la Convention de Minamata fait obligation à toutes les parties prenantes d’élaborer un plan d’actions national pour la réduction voire l’élimination de l’utilisation du mercure dans les exploitations minières artisanales et à petite échelle d’or, il a aussi magnifié le processus participatif qui a été utilisé pour l’élaboration de ce plan national en déclarant que « les actions qui seront retenues dans ce plan seront mises en œuvre par les acteurs, au niveau des territoires concernés.

Dans le cadre d’une mission conjointe de reconnaissante et de suivi environnemental et social   du Programme de Modernisation des Villes du Sénégal (PROMOVILLES), la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés (DEEC), en partenariat avec l’AGEROUTE, s’est rendue , respectivement dans les régions de Matam, de Louga et de Saint-Louis.

L’objectif de la visite était d’élaborer, en collaboration avec les Divisions Régionales de l’Environnement et des Etablissements Classés (DREEC), un Plan de Travail Annuel (PTA) de suivi environnemental des travaux du PROMOVILLES à la suite d’une visite de reconnaissance du terrain ; de vérifier sur site la qualité de l’évaluation des impacts faite dans le Plan Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (PCGES) ; de s’assurer de l’effectivité et de l’efficacité des mesures d’atténuation ou de compensation édictées dans cette étude et; de s’enquérir de l’état d’avancement du projet, de la mise en œuvre du PCGES de l’évaluation environnementale stratégique ; et de proposer au besoin, des mesures de correction supplémentaires. Pour rappel, le suivi environnemental et social a pour objet de s’assurer que les exigences réglementaires sont satisfaites dans l’exercice des activités industrielles, de projets et programmes. Il vise à corriger en temps réel, à travers une surveillance continue, mais aussi de s’assurer du respect de l’application de la réglementation nationale en matière et de protection environnementale et sociale.

A l’issue de la mission, il a été recommandé au PROMOVILLES de se conformer aux exigences mentionnées dans le rapport de suivi transmis aux responsables du PROMOVILLES.

Un atelier de partage des directives nouvellement élaborées pour mieux maîtriser les émissions de polluants organiques persistants non intentionnels (POPNI) relatifs à la gestion des déchets dangereux ménagers et industriels a été organisé à Dakar. 

L’objectif de cette rencontre était d’échanger sur le document stratégique afin de permettre aux acteurs concernés de parvenir à une gestion écologiquement rationnelle des déchets contenant des polluants organiques persistants ou qui sont contaminés par ceux-ci. Pour M. Lhyxas Tchimboungou, Coordonnateur national du (Projet …..) PRODEMUD, « le projet de gestion écologiquement rationnelle des déchets solides municipaux et déchets dangereux, qui sera mis en œuvre dans les départements de Tivaouane et Ziguinchor, travaille à un cadre juridique adéquat pour mieux encadrer les émissions de polluants organiques persistants non intentionnels (POPNI) ». Des études ont montré que le mélange de déchets au niveau des dépôts sauvages peut favoriser ces polluants organiques persistants non intentionnels, ce qui fait dire au coordonnateur du projet que « le tri ne se fait pas en amont », par conséquent, « dans ces dépôts on trouve des déchets biomédicaux, ménagers et tout ce qui est plastique ». De même, « la fumée provenant de brûlages à l'air libre produit des polluants organiques persistants considérés comme des substances chimiques très dangereuses et ayant un impact négatif sur l'homme et l'environnement » ; d’où l’importance de se rapprocher des populations cibles du PRODEMUD dans les départements de Tivaouane et de Ziguinchor et travailler en synergie avec elles. Des manuels de procédures opérationnels, qui serviront à l’identification des filières de gestion des déchets ciblés, seront mis à la disposition des deux municipalités afin de les aider à maîtriser leurs déchets. A cet égard, une plateforme de prétraitement sera établie dans chaque municipalité pour créer un réseautage. Les industries pourront ainsi continuer à valoriser leurs déchets tout en apportant un appui aux municipalités concernées.